Billets

Prix et reconnaissance

Le Programme de prix et de reconnaissance de Rugby Canada souligne les efforts de ceux qui ont eu une incidence importante sur le sport du rugby au Canada.

À Propos
Rugby Canada

Ensemble, nous pouvons rendre nos athlètes canadiens capables de réaliser des performances gagnantes qui nous projetteront sur la scène internationale.  C’est à nous d’investir dans le rêve et de partager la vision ou notre sport est pratiqué dans toutes les écoles et toutes les collectivités ainsi qu’avec fierté dans les stades de partout dans le monde.

  • PROGRAMME DES PRIX ANNUELS DE RUGBY CANADA

    Le Programme des prix annuels de Rugby Canada honore chaque année les meilleures personnes dans sept catégories et les gagnants sont dévoilés lors du Gala annuel de remise des prix organisé conjointement à l’Assemblée générale annuelle

    Catégories de prix et Comités de sélection

    Il y a huit catégories comprises dans le programme annuel des prix :

    • Joueur de l’Année (Rugby XV et R7 masculin et féminin)
    • Jeune joueur de l’année (masculin et féminin)
    • Entraîneur de l’année (masculin et féminin)
    • Officiel de match de l’année
    • Bénévole de l’année
    • Association provinciale de l’année
    • Bouclier canadien (Joueur de l’année masculin, tel que choisi par les joueurs)
    • Prix Gillian Florence (Joueuse de l’année, telle que choisie par les joueuses)

    Nominations

    Les mises en candidature sont ouvertes pour les prix qui exigent des soumissions, du 30 novembre au 31 décembre. Quand la période de nomination est terminée, le Comité de sélection examinera les candidatures et les soumettra au Conseil d’administration de Rugby Canada à des fins d’approbation.

    Les catégories de prix ouvertes pour les mises en candidature sont les suivantes :

    • Entraîneur de l’année (masculin et féminin)
    • Officiel de match de l’année
    • Bénévole de l’année
    • Jeune joueur de l’année (masculine et féminin – ne doit pas être un membre des équipes nationales seniors)

    Les gagnants seront dévoilés et honorés lors du Gala annuel de remise des prix.

    Téléchargez une copie du formulaire de mise en candidature ICI.

    Sous-comité national de reconnaissance

    Le sous-comité national de reconnaissance a été établi en 2012 pour établir les lignes directrices et de superviser le processus de nomination, de sélection et de récompense pour le programme. Fondé par Keith Gillam, le programme s’est établi et comprend les membres suivants :

    Membres 2017 du comité à confirmer

    • Dawn Dauphinee, présidente
    • Araba Chintoh
    • Annabel Kehoe
    • Penny Kroll
    • John Seaman
  • PRÉCIPIENDAIRES DES PRIX ANNUELS

    Récipiendaires 2016

    Prix du Bouclier canadien - Ray Barkwill
    Entraîneur de l’Année, féminin - Jennifer Boyd
    Bénévole de l’année -  Roxanne Butler
    Entraîneur de l’Année, masculine - John Daggett
    Jeune joueur de l’année, féminin - Sophie DeGoede
    Joueur de R7 masculin de l’année - Nathan Hirayama
    Prix de reconnaissance spéciale - John Lyall
    Jeune joueur de l’année, masculin - Conor Keys
    Officiel de match de l’année - Rose LaBreche
    Prix du président - Malcolm MacAfee
    Joueuse de R7 de l’année - Kayla Moleschi
    Joueur masculin XV de l’année - Evan Olmstead
    Joueuse XV de l’année - Laura Russell
    Association provinciale de l’année - Saskatchewan Rugby Union
    Prix Gillian Florence - Julianne Zussman

    2015 Recipients

    Joueur de R7 masculin de l’année - John Moonlight
    Joueuse de R7 de l’année - Karen Paquin
    Joueur masculin XV de l’année - DTH van der Merwe
    Joueuse XV de l’année - Laura Russell
    Prix du Bouclier canadien - Jamie Cudmore & DTH van der Merwe
    Prix Gillian Florence - Barbara Mervin
    Association provinciale de l’année - Rugby Alberta
    Bénévole de l’année - Rick Romsa
    Officiel de match de l’année - Rose LaBreche
    Entraîneur de l’Année, masculine - Graeme Moffat
    Entraîneur de l’Année, féminin - Anna Wray
    Jeune joueur de l’année, masculin - Matt Tierney
    Jeune joueur de l’année, féminin - Caroline Crossley

    2014 Recipients

    Joueur de R7 masculin de l’année - John Moonlight
    Joueuse de R7 de l’année - Ashley Steacy 
    Joueur masculin XV de l’année - Jeff Hassler 
    Joueuse XV de l’année - Kelly Russell & Magali Harvey 
    Prix du Bouclier canadien - Hubert Buydens 
    Prix Gillian Florence - Andrea Burk
    Bénévole de l’année - Connie McGinley
    Officiel de match de l’année - Sherry Trumbull
    Entraîneur de l’Année, masculine - Shaun Allen
    Entraîneur de l’Année, féminin - Jo Hull 
    Jeune joueur de l’année, masculin - Lucas Rumball 
    Jeune joueur de l’année, féminin - Breanne Nicholas

    2013 Recipients

    Joueur de R7 masculin de l’année - John Moonlight
    Joueuse de R7 de l’année - Jen Kish
    Joueur masculin XV de l’année - Ciaran Hearn
    Joueuse XV de l’année - Kelly Russell
    Prix du Bouclier canadien - Phil Mack
    Association provinciale de l’année - British Columbia Rugby Union
    Bénévole de l’année - Mark Winokur
    Officiel de match de l’année - Bruce Kuklinski
    Entraîneur de l’Année, masculine - Michel Francois
    Entraîneur de l’Année, féminin - Stephanie Murphy
    Jeune joueur de l’année, masculin - Patrick Kay
    Jeune joueur de l’année, féminin - DaLeaka Menin

    2012 Recipients

    Joueur de R7 masculin de l’année - John Moonlight
    Joueuse de R7 de l’année - Jen Kish
    Joueur masculin XV de l’année - Tyler Ardron
    Joueuse XV de l’année - Maria Samson
    Prix du Bouclier canadien - Hubert Buydens
    Association provinciale de l’année - Federation de Rugby du Quebec
    Bénévole de l’année - Dean Kittleson
    Officiel de match de l’année - Andrew McMaster
    Entraîneur de l’Année, masculine - Chris Silverthorn
    Jeune joueur de l’année, féminin - Jen Ross
    Jeune joueur de l’année, masculin - Lucas Hammond
    Jeune joueur de l’année, féminin - Bianca Farella

  • TEMPLE DE LA RENOMMÉE DU RUGBY

    En octobre 2016, le Comité des voies et des moyens a été établi pour élaborer un plan visant à honorer et à préserver la culture du rugby et son héritage au Canada en reconnaissance les réalisations extraordinaires des participants du rugby à travers le pays.

    Le Comité, qui compte neuf membres est dirigé par Barry Giffe, deux fois ancien président de Rugby Canada. Les autres membres du Comité sont John Billingsley, Rick Bourne, Liz Ferguson, Keith Gillam, Rick Graham, Alan Sharp, Doug Sturrock et Keith Wilkinson. Le comité comprend d’anciens membres du Conseil d’administration, présidents et joueurs de Rugby Canada.


    Le Temple de la renommée de Rugby Canada sera situé dans nouveau Centre national d’entraînement Al Charron de Rugby Canada à Langford en Colombie-Britannique et comprendra un musée qui souligne et célèbre les moments historiques du rugby canadien, créant un point de rendez-vous unique dans ce site de rugby à la fine pointe.

     Membres du Comité du Temple de la renommée :

    • Doug Sturrock – Président
    • John Bilingsley – Secrétaire
    • Alan Sharp
    • Rick Bourne
    • Liz Ferguson
    • Keith Wilkinson
    • Rick Graham
       

    Téléchargez le formulaire de mise en candidature – Cliquez ici!
    Pour les détails du processus de mise en candidature – Cliquez ici!

  • INTRONISÉS AU TEMPLE DE LA RENOMMÉE

    2016

    Al Charron

    Charron est un des joueurs les plus dominants de son temps et il a établi un record de sélections  pour un joueur canadien avec 76 matchs, notamment 25 comme capitaine, un record canadien qu’il a partagé avec Gareth Rees. Charron a disputé son premier match international contre l’Argentine en 1990 et son dernier match à la Coupe du Monde de Rugby 2003 contre Tonga.

    Charron a disputé quatre éditions de la Coupe du Monde de Rugby et une cinquième comme membre de l’équipe de direction. Il a fait partie de l’équipe qui a participé à la première Coupe du Monde de R7 en 1993 et il a disputé trois éditions du fameux tournoi de R7 de Hong Kong. Il est le seul joueur d’une équipe du deuxième groupe mondial à avoir marqué des essais sur la scène internationale contre la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Afrique du Sud.

    Au cours de sa carrière distinguée, Charron a aussi dispute cinq matchs avec les fameux Barbarian britanniques et il porté l’uniforme des Étoiles mondiales XV qui a affronté l’Argentine à l’occasion de son centenaire en 1999. Charron a joué pour Bristol, Moseley, Paul et US Dax à l’étranger et avec le Club de rugby Irish d’Ottawa qu’il a aidé à gagner plusieurs titres provinciaux, la Coupe McCormick et des ligues de R7. Il a remporté les championnats nationaux avec l’Ontario et un titre de D2 anglaise avec Bristol.

    Charron a été intronisé au Temple de la renommée du rugby de l’Est de l’Ontario, au Temple de la renommée du rugby de l’Ontario, du Panthéon des sports d’Ottawa et il est reconnu comme un des 100 meilleurs athlètes provenant d’Ottawa. Le nouveau site d’entraînement de Rugby Canada à Langford en Colombie-Britannique sera nommé le Centre national d’entraînement Al Charron de Rugby Canada.

    Gillian Florence

    Talent incroyable, Florence est la joueuse canadienne la plus primée de l’histoire avec une carrière de plus de deux décennies.

    Originaire de Hudson au Québec, Florence a joué pour le Canada 66 fois et une de cinq joueuses à avoir disputé cinq éditions de la Coupe du Monde de Rugby Féminin (1994, 1998, 2002, 2006 et 2010). Florence a fait ses premiers pas dans les rangs seniors au tournoi de 1994 à l’âge de 18 ans.

    Florence a été nommée au sein de l’équipe d’étoiles mondiales XV en 2003 contre les Black Ferns de la Nouvelle-Zélande et elle s’est retirée de la compétition en 2011. Sur la scène nationale, Florence a joué avec le club de Sainte-Anne-de-Bellevue pendant 22 ans et a représenté le Québec 18 ans, faisant partie des équipes championnes nationales en 2000 et 2001.

    Le prix annuel de joueuse par excellence est nommé en l’honneur de Florence qui est décerné à la « joueuse qui représente les qualifiés du rugby Canada, telle qu’élue par ses coéquipières ».

    Ro Hindson

    Spécimen dominant, Hindson a été un solide joueur de R7 et de rugby XV sur la scène internationale.
    Hindson a joué 31 matchs internationaux pour le Canada et il a fait partie de l’équipe qui a disputé l’édition inaugurale de la Coupe du Monde de Rugby en 1987. Hindson a fait ses débuts sur la scène internationale en 1973 contre le Pays de Galles avant d’y aller d’un dernier match contre l’Argentine en 1990. Quand il s’est retiré, il détenait le record canadien de sélections.
    Au R7, Hindson a joué au fameux tournoi de R7 de Hong Kong de 1980 à 1987 ainsi qu’au Tournoi de R7 de Sydney en 1987.

    Au Canada, Hindson a joué pour les Harlequins RFC de Penticton, les Wanderers de Castaway, les Wanderers d’Oak Bay, les Old Boy Ravens de l’UBC ainsi qu’à l’Université de Victoria, Vancouver Island, l’Université de la Colombie-Britannique ainsi que pour les sélections provinciales de la Colombie-Britannique. Il a été le seul Canadien à jouer pour les Barbarians du Pacifique Sud contre les Barbarians sud-africains lors de leur tournée de 1987. Il a aussi joué pour l’Équipe mondiale contre l’Irlande dans le cadre de ses célébrations du centenaire en 1973.

    Hindson a été intronisé au Temple de la renommée du rugby de la Colombie-Britannique et au Panthéon des sports de la Colombie-Britannique.

    Mike Luke

    Après être arrivé à St. John’s, Terre-Neuve en 1969 et ne trouvant aucun club pour lequel jouer, Luke a établi le club de St. John’s et il a été fondateur et premier président de l’Association de rugby de Terre-Neuve.
    Luke a joué 16 matchs internationaux pour le Canada, dont le premier contre Tonga en 1974 jusqu’au dernier contre les États-Unis en 1982. Luke a été capitaine du Canada dans huit matchs. Il a aussi représenté les Barbarians à trois occasions et il a été membre des Étoiles mondiales XV contre le Pays de Galles dans le cadre des célébrations du centenaire de la Fédération galloise de rugby. Il a aussi joué pour les Meralomas au Canada et pour les Pirates RFC et les Harlequins RFC au Royaume-Uni.

    Il a été entraîneur et gérant de l’équipe canadienne de R7 au Tournoi de R7 de Hong Kong en 1981 et il a aussi dirigé l’équipe canadienne U21 de 1987 à 1989. Il a été entraîneur adjoint et gérant de l’équipe qui a atteint les quarts de finale de la Coupe du Monde de Rugby en 1991.

    Luke a été membre du Conseil d’administration de Rugby Canada puis président du Comité national des entraîneurs de Rugby Canada pendant plus de 20 ans. Il est devenu maître entraîneur dans le Programme national de certification des entraîneurs du Canada avant d’être élu président du Conseil national de certification des entraîneurs en 1993.

    En 1999, Luke a reçu le Prix d’entraîneur 3M pour le développement du sport de l’Association canadienne des entraîneurs et en 2006, il a remporté le Prix de développement de l’iRB pour sa contribution à la croissance du rugby au Canada.

    Gareth Rees

    Une des étoiles du rugby les plus reconnues de tous les temps, Rees a disputé 55 matchs internationaux au cours de sa carrière sensationnelle et a disputé quatre éditions de la Coupe du Monde de Rugby. Il est devenu le premier joueur nord-américain intronisé au Temple de la renommée de World Rugby en 2011.

    Les 491 points inscrits par Rees le placent au deuxième rang du Canada sur la scène internationale tandis que ses 120 points en Coupe du Monde de rugby sont toujours un record canadien. L’athlète originaire de Victoria en Colombie-Britannique a fait ses premiers pas internationaux seniors en 1986 et il a remporté des victoires sur l’Argentine, le Pays de Galles, l’Écosse et la France ainsi qu’une présence en quarts de finale de la Coupe du Monde de Rugby en 1991. Il a annoncé sa retraite en 1999 et il a été capitaine du Canada dans deux tournois de la Coupe du Monde de Rugby et pour 25 matchs internationaux, un record qu’il détient avec Al Charron.

    En Europe, Rees a fréquenté l’Université Oxford et a joué dans les rangs professionnels avec les Wasps, Newport, Merignac et les Harlequins où il a remporté plusieurs coupes et championnats de ligue ainsi que des championnats de marqueur. Ila aussi représenté les fameux Barbarians à quatre occasions. Au Canada, Rees a joué pour l’Université de Victoria et les Wanderers de Castaway en plus de présenter sa province à plusieurs occasions.

    De plus, Rees a joué pour le Canada dans les rangs U-19 et il a joué aux Tournois de R7 de Sydney et de Hong Kong en 1988 et au Tournoi de R7 de Dubaï en 1992.

    En plus de son intronisation au Temple de la renommée de World Rugby, Rees a été intronisé au Panthéon des sports de la Grande région de Victoria, au Temple de la renommée du rugby de la Colombie-Britannique et au Panthéon des sports du Canada au sein duquel il est devenu le premier joueur de rugby.

    Rod Snow

    Un des meilleurs joueurs de première ligne de l’histoire canadienne, Snow a connu une illustre carrière, participant à quatre tournois de la Coupe du Monde de Rugby pour le Canada.

    L’athlète originaire de Bonvista, Terre-Neuve a remporté 62 matchs internationaux pour le Canada, soit le plus haut total du genre pour un joueur de première ligne. Il a joué son premier match international senior contre l’Argentine en 1995 et son dernier contre l’Australie à la Coupe du Monde de Rugby en 2007. Il a marqué huit essais internationaux en carrière.

    Snow a joué pour les Provinces de l’Est à la Coupe Currie de 1995 ou il a été partant pour les six matchs. Il a ensuite joué dans les rangs professionnels avec Newport RFC où il a été le meilleur marqueur chez les piliers en plus de 140 ans d’histoire ainsi qu’avec les Gwent Dragons de Newport, disputant plus de 230 matchs avec les deux clubs, remportant la Coupe du Pays de Galles en 2001. En 2016, Snow a été intronisé au Temple de la renommée du rugby de Newport.

    Snow a aussi passé six saisons dans l’uniforme du Rock de l’Atlantique, remportant des titres nationaux avec ces formations en 2006, 2007 et 2010. Il a aussi représenté les fameux Barbarians dans les matchs contre le Pays de Galles en 1996 et contre East Midlands en 2004. Snow est aussi membre du Panthéon des sports de Mount Pearl.

    Robert Spray

    Ancien président de Rugby Canada, Spray a joué un rôle essentiel dans le développement du rugby au Canada jusqu’à sa retraite en 1972.

    Originaire d’Angleterre, Spray a occupé les postes de président des arbitres de l’Association de rugby de la Colombie-Britannique, président de l’Association de rugby de la Colombie-Britannique, président du Comité des tournées de rugby du Canada et directeur et vice-président de la Fédération canadienne des sports au cours de son illustre carrière.

    Alors qu’il n’y avait pas d’organisme de régie à l’époque, Spray a organisé des tournées pour 26 clubs, universités et sélections nationales en plus de cinq tournées à l’étranger de l’équipe nationale du Canada, notamment en Grande-Bretagne en 1962 et au Pays de Galles en 1971.

    Spray a été le premier président de l’histoire de Rugby Canada (qui portait alors le nom d’Union canadienne de rugby) lors de se relance en 1965 et il a occupé ce poste jusqu’en 1972 quand il a décidé de ne pas se présenter pour une réélection.

    En 1975, Spray a été intronisé au Temple de la renommée de la Colombie-Britannique, puis à nouveau en 2005 au sein du Temple de la renommée de l’Association de rugby de la Colombie-Britannique. Spray s’est éteint en 1991 et il sera reconnu à titre posthume.

  • MEMBRES À VIE HONORAIRES DE RUGBY CANADA

    Rugby Canada a défini la catégorie de prix Membre à vie honoraire comme le « niveau de reconnaissance le plus élevé accordé par l’Union. »

    Pour être élu par les provinces et approuvé par le Conseil distingue ces récipiendaires de façon unique. Par exemple, ils ont servi au plus haut niveau de direction comme président, président du Conseil, chef de la direction ou au sein du Conseil et ce faisant, ils ont transporté Rugby Canada à un niveau ou à une position plus élevée dans la conscience sportive nationale ou internationale. Le MVH aura pratiqué le sport, servi plus de 10 ans dans les rangs seniors et fait une différence dans la solidité financière de l’organisation, des programmes ou sur le terrain. Le récipient pourrait avoir été intronisé au Temple de la renommée en route vers le titre de MVH.

    Membres à vie honoraires

    Alain Sharp – Intronisé en 1996

    Alain Sharp a sans doute été l’administrateur prééminent du sport du rugby football au Canada dans les années 1980 et 1990. Il a eu une influence sur la croissance du sport non seulement au Canada, mais aussi à l’échelle internationale. Pendant treize (13) ans, il a été membre du Conseil d’administration de Rugby Canada avec une vision et une passion pour diriger son développement. De plus, il a servi dix (10) ans comme membre du Conseil de la Fédération internationale de rugby (iRB), supervisant la croissance explosive du sport à l’échelle mondiale.

    Alan a été reconnu en 1983 quand la communauté de rugby de la Colombie-Britannique lui a accordé le trophée Jack Patterson pour l’excellence de sa contribution bénévole, mais ses collègues ont reconnu que son implication et que sa contribution au jeu l’a attiré vers des horizons beaucoup plus vastes. Son leadership, sa planification et son acuité financière ont solidement installé l’Union canadienne de rugby à la grande table du rugby mondial. Son mandat a été marqué par une expansion rapide du sport au pays tandis que son implication au niveau international auprès de l’iRB a été tout aussi importante sinon davantage et a été marqué par les éléments suivants : 

    • Le rugby s’est véritablement installé de plus de 100 pays et territoires.
    • La transition s’est faite pour inclure le rugby professionnel.
    • Expansion exponentielle en matière de participants et de programmation/matchs pour les femmes et les juniors.
    • Développement du championnat (Coupe du Monde de Rugby) pour devenir une des quatre grandes compétitions sportives dans le monde.

    Dans la communauté internationale, on le tient dans la plus haute estime et il a été honoré avec un souper d’adieu dans le cadre de la réunion du Conseil de l’iRB en 2001. Lors de cet événement, le président de l’iRB Vernon Pugh, c.r. a dit : « À ceux qui ont eu le plaisir de la compagnie de M. Sharp au fil des années, son départ crée une énorme tristesse et nous nous ennuierons de sa participation, sa présence d’esprit, sa sagesse et sa perspicacité à la table du Conseil. M. Sharp a été un excellent représentant de l’Union de rugby du Canada et du sport en général… »

    Il a été flanqueur pour les Meralomas de Vancouver. À sa retraite comme joueur, il a tourné son attention et ses efforts considérables dans l’administration du sport qu’il aimait tant. Alan a siégé au sein de plusieurs conseils/comités en 27 ans (1974-2001).

    Monty Heald – Intronisé en 2013

    Monty Heald est né à Derby dans l’East Midlands en Angleterre. Il a fait ses premiers pas au rugby au Royal Masonic School dans le Hertfordshire en 1949 au sein de l’équipe des Colts. Une fois ses études terminées, il a joué pour le Derby RFC pendant 15 ans. Durant cette période, il a aussi joué avec le Greengarth RFC à Cumberland (1957-1959) et l’Ashbourne RFC dans le Derbyshire (1959-1960). Toujours durant cette période, Monty a joué à toutes les positions, à l’exception de talonneur et d’arrière. À ses dernières années au Derby RFC qui a pris fin en 1968, il a disputé 107 matchs de suite avec la première équipe, possiblement le record du club et il a été capitaine pendant deux ans de 1965 à 1967. Monty a émigré à Burlington en Ontario en 1968 et il a déménagé à Puslinch en 1971. Il a joué pour les Hornets de Hamilton de 1968 à 1972 et il a été capitaine de ce club en 1971. Il a ensuite été membre fondateur et premier capitaine du Club de rugby Centaurs de Burlington en 1973. Il a aussi été deuxième président du club pendant quatre ans pour ensuite en devenir membre à vie.  La carrière de joueur de Monty a pris fin en 1988 et il était déjà impliqué dans l’administration à plusieurs niveaux. Il a été directeur de l’équipe senior de l’Association du Niagara et il a été sélectionneur de l’Association de rugby de l’Ontario pendant deux ans (1979-1980).

    En 1981, Heald est devenu sélectionneur national et il a présidé le Comité de sélection de l’Union canadienne de rugby de 1983 à 1994. En 1984 et 1985, il a été gérant de l’équipe canadienne de R7 qui a disputé le tournoi de Hong Kong. Toujours en 1984, il a été nommé gérant de l’équipe canadienne, notamment pour les matchs Can-Am à Chicago (1984), Tucson (1986) et Seattle (1990). Sa carrière de gérant a été marquée par une tournée de sept matchs en Australie en juin 1985, notamment avec des matchs internationaux à Sydney et Brisbane qui marquaient les premiers duels à vie entre le Canada et l’Australie. Monty a aussi été gérant de la première série CANZ (1989) alors que l’équipe nationale s’est rendue en Argentine et en Nouvelle-Zélande.

    Monty a été élu au sein du Conseil d’administration de l’Union canadienne de rugby en 1986 et il a été directeur de l’équipe nationale de 1986 à 1991. Il a été élu président en 1991 et il a servi dans ce rôle pendant huit ans. En 1995, la PARA a été formée et Monty a été représentant de l’UCR au sein de cette organisation, notamment comme président pendant deux ans. L’Union nationale a procédé à plusieurs changements structurels d’envergure durant le mandat de Heald, alors que l’administration faisait face à plusieurs défis d’importance, notamment le marketing et les communications, la croissance importante du nombre de joueurs au pays et la croissance du rugby féminin au Canada et à l’étranger. Sous la direction de Monty, l’Union a procédé à un changement notoire, soit d’adopter le nom de Rugby Canada. Grâce aux services d’Alan Sharp, représentant de l’Union nationale au Conseil de la Fédération internationale de rugby (iRB), le Canada a accru de façon importante son implication dans les activités et les programmes de l’iRB.

    Le nombre de matchs internationaux du Canada a augmenté de 160 % de 1990 à 1999 et le Canada s’est préparé pour trois éditions de la Coupe du Monde de Rugby auxquelles il a participé, soit en 1991, 1995 et 1999. Lors du dernier mandat de Monty comme directeur en 2000 a porté son nombre d’années de service au sein de l’Union nationale à 20 ans. Il a été intronisé au Temple de la renommée de l’Association de rugby de l’Ontario en 2004. Il est maintenant à la retraite et vit à Waterdown en Ontario, toujours impliqué au rugby comme entraîneur de l’équipe de l’école secondaire de Waterdown et servant comme président du Comité des anciens présidents, président du Comité du Temple de la renommée et membre du Comité des prix annuels de Rugby Canada.

    Dr Pat Parfrey – Intronisé en 2015

    Le nom de Pat Parfrey est synonyme de rugby à Terre-Neuve-et-Labrador (ou la presse locale l’a surnommé Dr Rugby), à travers le Canada et partout dans le monde. Pendant plus de 30 ans, Pat a tout investi pour le rugby canadien, du développement du sport à l’encadrement des joueurs à devenir un des plus importants collecteurs de fonds et bâtisseurs. Pat a amassé des millions de dollars pour le rugby, ce qui a conduit à la construction d’installations de classe mondiale, à la formation d’un groupe innombrable d’athlètes et la poursuite mondiale de compétitions de premier plan. Il est la seule personne à avoir été entraîneur de l’équipe nationale senior masculine et président de Rugby Canada et il est présentement le représentant du Canada au sein du Conseil de World Rugby.

    La longue liste de réalisations de Pat au rugby n’a d’égal que sa liste de réalisations académiques et professionnelles. Scientifique et épidémiologiste clinique de renommée internationale, il a été nommé membre de la Société royale du Canada et Officier de l’Ordre du Canada parmi d’autres récompenses distinguées.

    Pat a entrepris la pratique du rugby à l’âge de 13 ans dans la ville d’origine de Cork en Irlande, passant à l’équipe du Club de rugby du Collège universitaire de Cork alors qu’il étudiait en médecine. Il a ensuite représenté la province de Munster, disputant tous ses matchs de 1970 à 1977, marqué par le nul de 3-3 en 1973 entre Munster et les All Blacks de la Nouvelle-Zélande. Il a été sélectionné par l’Irlande en 1974, une fois de plus contre la Nouvelle-Zélande. Incidemment son seul souvenir du match a été une paire de bas All Blacks (qui ont été malencontreusement utilisés par l’auteur de cette bio pour nettoyer des taches alors que Pat avait embauché des joueurs pour rénover sa maison un été afin d’obtenir des crédits en vue d’une tournée!)

    Pour prolonger son parcours universitaire, Pat a déménagé en Angleterre et il a joué avec l’Irish de Londres de 1976 à 1981, notamment comme joueur entraîneur de 1977 à 1982, conduisant l’équipe à sa première participation à la Coupe de la RFU en 1980. Il est arrivé au Canada en 1982 pour travailler à l’hôpital Royal Victoria de Montréal, puis il est passé à l’Université Memorial de Terre-Neuve pour devenir professeur adjoint de médecine.

    Chef de son département, il occupe maintenant le poste de professeur de médecine (néphrologie) et il poursuit ses études innovatrices en génétique et en épidémiologie des maladies héréditaires, en néphrologie et dans les systèmes de livraison des soins de santé.

    Malgré des ressources financières et humaines limitées, Pat a transformé presque à lui seul comment nous pratiquions le rugby et où nous le pratiquions. Sa capacité à inspirer et à motiver ne se limitait pas au terrain alors qu’il s’est tourné vers la communauté d’affaires et le gouvernement pour contribuer à financier et à réaliser sa vision de créer un site de rugby de classe mondiale au centre de St. John’s. Rapidement, nous avons accueilli des équipes compétitrices de partout dans le monde et nous entreprenions des tournées à l’étranger. Il ne s’agissait pas de voyages sociaux, mais de tournées qui mesuraient nos capacités de développement contre des adversaires redoutables. Sous sa direction un groupe de joueurs de rugby se sont élevés à un niveau d’aspirants nationaux. Sa solide conviction était que les joueurs peuvent seulement s’améliorer en affrontant une meilleure opposition et que vous pouvez réaliser la grandeur si vous vous étendez au-delà de ce que vous croyez possible. Cette approche nous a bien servi.

    Ayant placé Terre-Neuve sur la carte du rugby canadien, il a ensuite tourné son regard vers la position de Rugby Canada sur l’échiquier mondial. De ses impressionnants parcours comme joueur et entraîneur au Irish de Londres, sa direction de l’équipe nationale du Canada à la fin des années 1990 et ses quatre titres nationaux remportés avec le Rock de Terre-Neuve/Atlantique, il a démontré son incroyable capacité à bâtir des équipes gagnantes à partir de ressources réduites. Il a mené deux clubs historiques du Canada, soit l’Irish de Montréal et le Swilers RFC à des conquêtes de coupes. Pat a été le mentor et il a dirigé des athlètes de tout âge lors de différents Jeux du Canada, festivals nationaux et aux Championnats canadiens de rugby, ainsi que son précurseur, la Super Ligue, et même avant lors des Championnats nationaux des Groupes 1 et 2. Encore aujourd’hui, il trouve le temps de diriger l’équipe masculine senior du Rock de l’Atlantique et plusieurs équipes juniors. Sa voix a été entendue, motivant et inspirant des milliers de joueurs de rugby canadiens. Sa voix a aussi été entendue par des milliers de partisans de rugby à travers le monde! Avant de guider l’équipe du Canada à la Coupe du Monde de Rugby en 1999, Pat a dirigé le Canada contre l’Irlande à Lansdowne Road devant 20 000 spectateurs. L’entendant « diriger », les joueurs depuis sa place dans les gradins est un souvenir qu’on n’est pas prêt d’oublier. Son amour du jeu et les joueurs qu’il a dirigés se résument mieux par une réponse que Pat a donnée à un journaliste qui lui a demandé comment il se sentait d’être à la barre de l’équipe canadienne à la CMR en 1999. « C’était un plaisir de diriger les Canadiens, qui sont durs, fiers et de grands amis. ». Non seulement a-t-il enseigné à ses joueurs d’être de meilleurs joueurs, nous sommes arrivés à nous encourager à adopter un standard plus élevé et nous sommes devenus des amis à vie au cours du processus.

    Même si ses succès comme entraîneur ont été les plus visibles, c’est en coulisse à planifier, établir des objectifs, faire du lobbying, amasser des fonds, orchestrer et ultimement réaliser les projets sur les plus importantes scènes qui viendront marquer ses nombreuses réalisations. Il est reconnu pour son intelligence qui combine ses propres ressources et une capacité innée à organiser et à récolter d’autres ressources afin d’obtenir des résultats visant l’amélioration de notre société, particulièrement nos jeunes.
    À l’écart du terrain, la résidence Parfray est légendaire pour son hospitalité de rugby. Pat ainsi que son épouse, feu Dr Benvon Parfrey, elle aussi récipiendaire du Prix du président de Rugby Canada ont accueilli et hébergé la planète dans l’esprit du sport. Ils ont aussi élevé quatre grands messieurs, qui ont chacun pratiqué le rugby au plus haut niveau, notamment deux avec l’équipe nationale du Canada. C’est une famille qui vit et respire le rugby.

    Stephanie White de Goede – Intronisée en 2016

    L’implication de Stephanie au rugby a démarré dans la province de l’Alberta, mais elle a passé la majeure partie de son temps en Colombie-Britannique et réside présentement à Victoria. Comme joueuse, entraîneurs, bénévole, administratrice et parent de joueurs de rugby, sa contribution au sport lui vaut une reconnaissance pour sa contribution à plusieurs facettes pendant plus de 40 ans.

    L’introduction du rugby  féminin au sein de la communauté du rugby canadienne a officiellement démarré au milieu des années 1970. Une des associations provinciales initiatrices a été l’Association de rugby de l’Alberta. Le défi d’introduire les femmes au rugby était jonché de plusieurs obstacles, notamment ceux des traditionalistes qui ne croyaient pas que le sport profiterait aux femmes ou vice-versa.

    Toutefois, la réalité était que plusieurs femmes de partout au pays avaient suivi l’évolution du sport à partir des lignes de côté et elles ont ressenti que c’était là un sport ou elles se plairaient. Des matchs informels ont été organisés, conduisant à un nombre important de femmes dans la communauté qui a décidé qu’elles désiraient une structure officielle au sein de Rugby Canada afin de participer avec une couverture complète offerte par les « Lois du Jeu ». Mme White a été une des Albertaines qui a entrepris la pratique du sport en 1980. C’était l’année qui a suivi la fondation de trois clubs et d’une ligue. Si Mme White a été active dans l’organisation du rugby féminin dans le cadre de la fondation de l’Union de rugby féminin de l’Alberta au début des années 19800, elle a aussi été un chef de file sur le terrain de jeu.

    Mme White a été la capitaine de la première équipe féminine du Canada. Son jeu ainsi que son leadership sur le terrain ont grandement contribué au succès du sport. Mme White a été engagée dans les activités de l’équipe nationale féminine conduisant à la première édition de la Coupe du Monde de Rugby Féminin. Cela comprenant deux matchs internationaux additionnels contre les États-Unis en 1988 et 1989. Elle a été nommée cocapitaine de l’Équipe pour la Coupe du Monde de 1991. L’équipe canadienne a été solide lors du premier tournoi, remportant le plateau. Les commentaires des administrateurs impliqués dans la préparation de cette équipe ont offert une grande reconnaissance à Mme White pour sa contribution à la préparation et aux succès obtenus lors du tournoi.

    La deuxième édition de la Coupe du Monde de Rugby Féminin a été présentée en 1994. Le Canada y était une fois de plus et Mme White a été nommée capitaine. La croissance du rugby féminin à travers le monde avait augmenté à un rythme positif. Le résultat étant que cette deuxième Coupe du Monde a obtenu beaucoup plus de crédibilité et les pays établis ont commencé à investir des moyens financiers et techniques dans leurs équipes nationales féminines. Le Canada n’avait pas le luxe d’accroître les ressources de façon importante durant cette période. Crédit à l’équipe, son sixième rang a été obtenu après une défaite en finale du Plateau.

    Dans un effort visant à offrir plus et de meilleures compétitions pour notre équipe  nationale féminine, Rugby Canada a créé la compétition d’Équipe Canada. Cette compétition impliquait l’invitation de trois (3) équipes nationales d’autres pays pour participer au tournoi au Canada. Mme White a participé à ces deux compétitions, encore une fois en offrant du leadership sur le terrain. En 1997, le Canada a envoyé sa première équipe nationale féminine au Tournoi de R7 de Hong Kong et Mme White a eu l’honneur d’être la capitaine de cette équipe.

    Une des premières compétitions interprovinciales a été le Championnat féminin de l’Ouest du Canada en 1983. Ce tournoi a eu lieu chaque année de 1983 à 1987. Mme White a joué pour l’Alberta lors de chacune des éditions de ce tournoi, contribuant à la conquête du titre à chaque occasion.

    En résumé, Mme White s’est retirée des sélections en 1997. Au cours de son parcours de joueuse, elle a disputé 17 matchs internationaux en 10 ans.

    Les joueurs mènent l’équipe, mais aussi dans la collectivité dans la croissance du rugby au Canada. Le rugby  féminin a été béni par un noyau de femmes leaders qui étaient déterminées à développer le rugby pour les femmes au Canada. Mme White a fait partie de ce groupe de leaders. Elle a travaillé dur pour appuyer les opportunités visant la croissance du rugby féminin au Canada. Voici une synthèse de cette très importante partie du développement de la pratique du rugby par les femmes au sein de la communauté de rugby.

    Rôles administratifs

    • A contribué à établir l’Union de rugby féminin de l’Alberta et a contribué à l’inclusion du rugby féminin au sein de l’Association de rugby de l’Alberta.
    • Directrice du rugby féminin à titre de membre du Conseil d’administration de l’Association de rugby de l’Alberta à la fin des années 1980.
    • En 1995, elle a été représentante des joueuses lors de la session de planification stratégique de Rugby Canada.
    • Au début des années 2000, Mme White a été membre du Conseil d’administration de l’Association de rugby de la Colombie-Britannique (BCRU) et a contribution de l’inclusion de l’Association du rugby féminin de la côte Ouest au sein de la BCRU.
    • Entre 2007 et 2013, Mme White a été membre du Conseil d’administration de Rugby Canada et membre du Comité national de haute performance du rugby féminin.

    Rôles comme entraîneure

    • 1998 / Entraîneure adjointe de l’équipe féminine des Kickers de Comox en plus d’aider avec l’équipe de l’école secondaire à Courtney.
    • 2002-2004 / Entraîneure de l’équipe féminine de l’Association sportive de James Bay

    Présentement, Mme White est la présidente du Fonds Monty Heald de l’Équipe nationale féminine, qui amasse des fonds pour s’assurer que les joueuses de l’équipe nationale n’ont pas à payer pour faire partie de l’équipe pour la Coupe du Monde de Rugby Féminin et pour créer un héritage pour les années à venir.

    John Billingsley – Intronisé en 2016

    John Billingsley est né à Vancouver en Colombie-Britannique et il a fait ses premiers pas au rugby à l’École secondaire Magee. Il a joué au rugby avec les Meralomas de Vancouver en 1972 et 1973, remportant deux championnats consécutifs de clubs de la Colombie-Britannique. Il a poursuivi à l’Université de la Colombie-Britannique (1974-1977) ou il a obtenu un bacc. en Éducation physique avec une mineure en Administration. John a aussi fréquenté l’Université California State à Long Beach a a joué pour l’équipe de cette université pendant qu’il faisait sa maîtrise en Administration du sport.

    En 1981, John a déménagé en Ontario pour accepter le poste de directeur général/chef de l’exploitation de l’Union canadienne de rugby ou il a été membre de la haute direction pendant 20 ans. À son sommet, il dirigeait une équipe de huit employés avec un budget d’exploitation de 5 millions $. Il est resté au sein de l’organisation jusqu’en 2001. Après avoir connu ces succès à Rugby Canada, il est devenu chef de l’exploitation adjoint puis chef de l’exploitation de l’Association canadienne de soccer pendant six ans.

    Après son départ de l’ACS, John a été consultant en gestion du sport pour l’ACS et Rugby Canada. Son rôle comme consultant auprès de Rugby Canada est survenu alors que l’organisation commençait à accueillir plus de matchs internationaux à domicile alors que la conscience et le soutien pour le rugby a augmenté pour passer des terrains de clubs locaux / universités vers les stades pouvant accueillir plus de 20 000 spectateurs dans un même lieu pour encourager les équipes masculines et féminines du Canada.

    Depuis ses années universitaires, John a joué au rugby pour le Canada pendant 10 ans (1974-1984), disputant neuf rencontres. Sa première a été à l’âge de 20 ans contre Tonga et sa dernière a été à l’âge de 30 ans contre les États-Unis. Il a aussi joué avec l’équipe canadienne de R7 au Tournoi de Hong Kong en 1981 et 1983.
    Il a aussi joué au rugby compétitif dans les rangs provinciaux pendant huit ans avec la sélection de la Colombie-Britannique et deux ans avec la sélection de l’Ontario. Durant cette période, il a aussi joué avec des clubs, notamment les Meralomas de Vancouver, les Thunderbirds de l’UBC, l’Université Long Beach State et l’Irish d’Ottawa, champions de l’Ontario en 1982, 1983 et 1984.

    En plus d’être joueur, John a été entraîneur. De 1982 à 1987, il a été joueur et entraîneur et de 1988 à 1995, il s'est limité au rôle d'entraîneur de l’équipe de R7 de l’Irish d’Ottawa et il a remporté plusieurs championnats de R7 de l’Ontario. Il a été arbitre de rugby pendant environ 10 ans et il a atteint le niveau provincial avant de se retirer en 1999.

    John possède une grande connaissance de l’histoire du sport au Canada et il siège présentement au sein du Comité des voies et des moyens de Rugby Canada qui a pour mission de contribuer à l’archivage de la riche histoire de notre rugby et il a joué un rôle dans l’intronisation de notre premier groupe de membres du Temple de la renommée en 2017.